Brice Portolano est un photographe français inspiré par la relation entre l’homme et la nature. La photographie lui permet de découvrir le monde et de s’aventurer dans les régions les plus sauvages et les plus préservées de la terre ; il va à la rencontre d’hommes et de femmes qui ont cet amour pour la nature et qui, face à cette consommation de masse destructrice, ont fait le choix de revenir à un mode de vie plus proche de la nature, plus sein et plus harmonieux.

En autorisant l’utilisation d’hormones de croissance et de vaccins dans les élevages industriels, la Food and Drug Administration a permis la transformation de la viande en un bien abondant, accessible et bon marché. Alors que les aliments transformés remplacent peu à peu la cuisine traditionnelle, les fruits et légumes subissent eux aussi cette quête de maximisation des rendements à travers l’utilisation intensive de pesticides et d’OGM.

En parallèle des nombreuses mutations qu’a connue l’industrie agroalimentaire au cours du XXe siècle, les États-Unis voient aujourd’hui émerger des initiatives qui prennent le contre-pied de cette course au rendement. Leur objectif : court-circuiter l’industrie classique construite autour de la consommation de masse et redécouvrir la « vraie » nourriture.

Ben et Katherine habitent dans l’Ouest Américain, à seulement 5 km du centre-ville de Salt Lake City. Ils ont décidé il y a plusieurs années de produire la quasi-totalité de la nourriture qu’ils consomment. Dans leur jardin, ils élèvent des oies, des poules et des canards et font pousser une large variété de fruits et légumes dans leur potager pendant que du vin, du cidre et de la bière fermentent dans leur cave.

Il y a trois ans, ils ont pris la décision d’aller plus loin vers l’autosuffisance alimentaire et d’assurer la majeure partie de leur consommation de viande. Chaque automne, lors des premières neiges de l’année, Ben part dans les montagnes du nord-est de l’Utah pour chasser le gibier à plus de 3 000 mètres d’altitude. À cheval et à pied, il traque le wapiti pendant plusieurs jours – parfois une semaine, avant de rentrer chez lui les chevaux chargés de viande.

Brice Portolano Back to The Land Utah Salt Lake City USA 01.jpg

Brice Portolano Back to The Land Utah Salt Lake City USA 02

Brice Portolano Back to The Land Utah Salt Lake City USA 03

Brice Portolano Back to The Land Utah Salt Lake City USA 04

Brice Portolano Back to The Land Utah Salt Lake City USA 05

Brice Portolano Back to The Land Utah Salt Lake City USA 06

Brice Portolano Back to The Land Utah Salt Lake City USA 07

Brice Portolano Back to The Land Utah Salt Lake City USA 08

Brice Portolano Back to The Land Utah Salt Lake City USA 09

Brice Portolano Back to The Land Utah Salt Lake City USA 10

Brice Portolano Back to The Land Utah Salt Lake City USA 11

Brice Portolano Back to The Land Utah Salt Lake City USA 12

Brice Portolano Back to The Land Utah Salt Lake City USA 13

Brice Portolano Back to The Land Utah Salt Lake City USA 14

Brice Portolano Back to The Land Utah Salt Lake City USA 15

Brice Portolano Back to The Land Utah Salt Lake City USA 16

Brice Portolano Back to The Land Utah Salt Lake City USA 17

Brice Portolano Back to The Land Utah Salt Lake City USA 18

Brice Portolano Back to The Land Utah Salt Lake City USA 19

Brice Portolano Back to The Land Utah Salt Lake City USA 20

Brice Portolano Back to The Land Utah Salt Lake City USA 21

Brice Portolano Back to The Land Utah Salt Lake City USA 22

PHOTOS © BRICE PORTOLANO